Academic Journals Database
Disseminating quality controlled scientific knowledge

La collégialité détournée : les racines organisationnelles du harcèlement psychologique dans les universités

ADD TO MY LIST
 
Author(s): Chantal Leclerc | Cécile Sabourin | Micheline Bonneau

Journal: Perspectives Interdisciplinaires sur le Travail et la Santé
ISSN 1481-9384

Issue: 7-2;
Date: 2005;
Original page

Keywords: work | psychological harassment | universities | occupational psychological distress | union’s action | travail | harcèlement psychologique | universités | action syndicale | détresse psychologique au travail

ABSTRACT
La prévention du harcèlement psychologique au travail passe par la compréhension des formes qu’il prend selon les milieux et les contextes organisationnels dans lesquels il émerge. Une recherche auprès de professeures et professeurs d’universités révèle que le harcèlement prend racine dans une culture universitaire qui instaure la surcharge, la compétition, l’individualisme, le blocage des règles de la délibération et le culte de la performance comme modes de gestion et d’organisation du travail. Fait troublant : les moyens utilisés pour accabler, détruire ou asservir sont les instruments même de la collégialité qui sont détournés, les pouvoirs formels ou informels de recommandation, d’évaluation, de décision dont on abuse et la manipulation des collègues ainsi que des étudiantes et étudiants qu’on réussit à faire taire ou à liguer contre une personne ou un groupe. Les atteintes à l’expression, à la communication, à la réputation et aux conditions de travail constituent les moyens les plus fréquemment cités de violence psychologique. Elles sont possibles et leurs conséquences sont aggravées par l’inaction des collègues, la passivité de l’administration, mais aussi par l’attitude frileuse de syndicats qui hésitent parfois à intervenir.Preventing psychological harassment in the workplace requires an understanding of the forms it takes in the organizational environments and contexts in which it appears. A study of university professors indicates that harassment takes root in a university culture that establishes extra work responsibilities, competition, individualism, eliminates discussion and glorifies performance as management styles and modes of work organization. One troubling fact: the means used to overwhelm, destroy or subdue are the very instruments of collegiality that are diverted; the formal or informal powers of recommendation, appraisal and decision-making are abused; and colleagues and students are manipulated and successfully silenced or made to conspire against an individual or group. Loss of expression, communication, and reputation and diminished working conditions are the means most frequently mentioned for psychological violence. They are possible and their consequences are worsened by colleagues’ inaction, management‘s passivity, and the apprehensive attitude of unions, which sometimes hesitate to intervene.
Affiliate Program      Why do you need a reservation system?