Academic Journals Database
Disseminating quality controlled scientific knowledge

Filmer, montrer, entendre des savoir-faire. Regards et écoutes croisés dans la médina de Fès

ADD TO MY LIST
 
Author(s): Baptiste Buob

Journal: Ateliers d'Anthropologie
ISSN 2117-3869

Issue: 33;
Date: 2009;
Original page

Keywords: exchange of views | field insertion | filmic ethnography | speech and gestures | work in crumbs | échange de vues | ethnographie filmique | gestes et paroles | insertion sur le terrain | travail en miettes | Maroc

ABSTRACT
Filmer, montrer, entendre des savoir-faire. Regards et écoutes croisés dans la médina de Fès. En opérant un retour sur le déroulement d’une enquête ethnofilmique menée auprès des dinandiers de la médina de Fès, cet article s’interroge sur ce qui est initialement apparu comme une contradiction : les travailleurs ont tous accepté la présence de l’ethnologue-cinéaste et de sa caméra dans leurs ateliers, mais ils ne s’impliquaient pas lors des entretiens prenant appui sur les films. Ce texte offre un éclairage sur les décalages pouvant exister entre les discours de ces artisans et la réalité sociotechnique de leur condition, tout en présentant une réflexion sur certaines caractéristiques d’une méthode de recherche ethnographique fondée sur une pratique cinématographique. Afin de s’accommoder d’une situation qu’ils rejettent, les artisans reprennent les termes d’un discours patrimonial idéalisant une réalité socio-économique ; le contexte du travail favorise l’établissement d’une forme de coopération originale entre filmant et filmés ; le refus de procéder à un échange de vues prenant appui sur les films peut être productif dans la compréhension d’un objet de recherche.Filming, demonstrating and hearing know-how. Reciprocal looking and listening in the Fez medina. Through an examination of the ethnographically informed filming process used to describe the techniques of copperware craftsmen (“dinandiers”) of the Fez medina, this article offers a reflection on an apparent contradiction: the craftsmen welcomed the filmmaker and his camcorder in their workshop but did not want the films to be used as an interviewing tool. This text offers insight into the contradictions between the artisans’ speech and sociotechnical reality, while illuminating significant aspects of the filmic approach to ethnographic study. In order to safeguard themselves from a situation that they rejected, the craftsmen frequently employed a patrimonial discourse that idealized their socioeconomic reality. The fact that the filmmaker is plunged into a work environment alongside the artisans makes possible a unique cooperation between the ethnographer and his subject. Finally, the craftsmen’s refusal to watch and discuss the films can contribute to the understanding of the subject being researched.
Why do you need a reservation system?      Affiliate Program