Academic Journals Database
Disseminating quality controlled scientific knowledge

« Ni bas-bleu, ni pot-au-feu » : la conception de « la » femme selon Augusta Moll-Weiss (France, tournant des XIXe-XXe siècles)

ADD TO MY LIST
 
Author(s): Sandrine Roll

Journal: Genre & Histoire
ISSN 2102-5886

Issue: 5;
Date: 2009;
Original page

Keywords: Gender | Augusta Moll-Weiss | Philanthropy | Housewifery | Home economics | Reformers | Feminism | Genre | Féminisme | Augusta Moll-Weiss | Philanthropie | Economie domestique | Réformateurs | École ménagère

ABSTRACT
Cet article analyse les idées et l’œuvre de la directrice de l’École des mères, Augusta Moll-Weiss. Dans le contexte du tournant des XIXe-XXe siècles où l’éloge de la ménagère est un thème récurrent des discours moralisateurs émanant des ouvriers ou des bourgeois, Augusta Moll-Weiss met en place un projet de cours ménagers. Son œuvre offre une approche singulière de ce que des activités reconnues comme typiquement féminines peuvent offrir aux femmes. Loin de former uniquement des « fées du logis », les cours professés à l’École des mères donnent aussi aux élèves la possibilité de se préparer à une carrière professionnelle. Augusta Moll-Weiss imagine alors pléthore de débouchés qui placent les activités « du souci des autres » dans la sphère du travail social. Son engagement en faveur de l’enseignement ménager s’accompagne d’une réflexion sur de nouveaux modèles domestiques susceptibles d’accompagner l’entrée des femmes sur le marché du travail. La rationalisation et le partage sexué des tâches domestiques ainsi que la question du temps partiel sont au cœur de son projet. Aux marges de la philanthropie et du féminisme, Augusta Moll-Weiss s’engage donc dans une stratégie de reconnaissance du rôle des femmes dans l’espace civique. Après avoir présenté l’œuvre scolaire de cette femme, cet article s’intéresse à sa vision de la « Ménagère nouvelle » et à son approche du féminisme.This article explores the ideas and works of the Augusta Moll-Weiss, head of the École des mères. The latter started housewifery lessons at the turn of the 19th century at a moment when public discourse among both working and upper-class reformers sang the praises of the housewife. Her work offered a new approach to these typically feminine activities. Far from training only “angels of the home”, the lessons given at the Mothers’ School also offered students the possibility of preparing a professional career. Augusta Moll-Weiss then imagined a range of employment opportunities which placed care in the sphere of social work. Her commitment to housework training was accompanied by consideration of new domestic models likely to encourage women to enter the world of work. Rationalisation and the sharing of domestic duties according to sex as well as the question of part-time work were at the heart of her project. On the margins of philanthropy and feminism, Augusta Moll-Weiss adopted a strategy to gain recognition of women's role in the public sphere. Following a presentation of the institutions she created, this article deals with her vision of the “New Housewife” and her approach to feminism.
Why do you need a reservation system?      Save time & money - Smart Internet Solutions