Academic Journals Database
Disseminating quality controlled scientific knowledge

Savoirs mondains, savoirs savants : les femmes et leurs cabinets de curiosités au siècle des Lumières

ADD TO MY LIST
 
Author(s): Adeline Gargam

Journal: Genre & Histoire
ISSN 2102-5886

Issue: 5;
Date: 2010;
Original page

Keywords: Science | Cabinet of curiosities | Worldly knowledge | Scientific knowledge | Enlightenment | Sciences | Cabinet de curiosité | Savoir mondain | Savoir savant | France des Lumières

ABSTRACT
Dans la France des Lumières, la culture de la curiosité est un phénomène de mode mais surtout un jeu social et intellectuel. La présente étude entend retracer l’histoire d’une trentaine de cabinets féminins de curiosité tenus à cette époque. Des femmes fortunées de l’aristocratie et de la bourgeoisie parisienne et provinciale ont alors constitué sous l’emprise de leur libido sciendi des cabinets d’alchimie, de minéralogie, de physique‑chimie, d’histoire naturelle et d’anatomie naturelle et artificielle. Ces cabinets obéissent à une typologie particulière. Il en existe deux catégories : les cabinets d’amateurs, constitués pour la parade et le spectacle des visiteurs et fonctionnant comme de véritables écoles de plaisirs intellectuels et éducatifs ; les cabinets à finalité scientifique et didactique, formés par des savantes expérimentées qui se livrent dans leurs laboratoires à des recherches personnelles et expérimentales au nom des progrès de la science médicale et de l’instruction publique. La réflexion porte aussi sur le fonctionnement de ces cabinets privés de curiosité, particulièrement sur leur mode de constitution, leur décor intérieur ainsi que sur le contenu des collections qui nécessitaient certaines techniques d’organisation, d’acquisition et de conservation communes à celles de leurs homologues masculins.During the Enlightenment in France, curiosity culture constituted both a fashion and an intellectual and social game.  This article explores thirty cabinets of  curiosities run by women during this period. Wealthy women from the Parisiain and provincial aristocracy and middle classes organized cabinets in alchemy, mineralogy, physics and chemistry, natural history and biology studies. These cabinets can be divided into two distinct categories. The first represented amateur interests; they were developed for show and served as schools for intellectual and éducational pleasure. The second category were run by experienced women scientists who used their laboratories to conduct experimental research in the name of medical progress and public instruction. This article also describes how these private cabinets functioned, their composition, their interior décor as well as the contents of the collections, which required the organisation, acquisition and preservation techniques used in their male counterparts.
Why do you need a reservation system?      Affiliate Program