Academic Journals Database
Disseminating quality controlled scientific knowledge

Neurophysiologie du bâillement, revue au travers de l’ontogenèse et de la phylogenèse.

ADD TO MY LIST
 
Author(s): Olivier Walusinski

Journal: Electroneurobiología
ISSN 0328-0446

Volume: 14;
Issue: 4;
Start page: 147;
Date: 2006;
Original page

Keywords: theory of mind | TOM | échokinésie | éveil | intéroception | sommeil paradoxal | phylogenèse des kinesies | kinesical empathy | contagious yawning | shared neural networks | Christfried Jakob | introyente | interoceptiveness[ Christofredo Jakob | kinesias | kinesies | cinesies | cinesis | kinesis | pandiculation | stretching | yawning | praxias | gnosias | symbolias | sleep-arousal alternation | feeding | reproductive changes | salience | noergy | self-awareness | bodily schema | pandiculaciones | bostezar | estirarse | ritmos biológicos | infradianos | circadianos | ultradianos | infradian | circadian | ultradian | homeostasis | saciedad | vigilia-sueño | saliencia | noergia | percepción consciente del esquema corporal | ecoquinesia o contagio del bostezo | empatía kinésica | homéostasie | kinésie | bâillements et pandiculations | alternance | veille-sommeil | rythmes propres à la reproduction | échokinésie ou contagion du bâillement | empathie kinésique | neurones miroirs | Vittorio Gallese | Rizzolatti | mirror neurons

ABSTRACT
Nous nous proposons de montrer comment les bâillements et les pandiculations, en restant morphologiquement identiques, apparaissent associés à chaque état de transition des rythmes biologiques, qu’ils soient infradiens, circadiens ou ultradiens. Les comportements de bâiller et s’étirer, dont l’association se nomme une pandiculation, ont reçu peu d’attention, alors qu’ils témoignent des processus adaptatifs d’homéostasie fondamentaux pour la vie. Leur apparition précoce participe d’une part à la neurogenèse fœtale, activité dépendante, et témoigne d’autre part de la mise en jeu de l’activité fonctionnelle neurobiologique. Qualifiables de kinésie, bâillements et pandiculations précèdent l'acquisition des praxies, gnosies et symbolies. Présents déjà chez les vertébrés phylogénétiquement les plus anciens, ils semblent avoir évolué probablement peu depuis l’ancêtre commun à tous les vertébrés, confirmant ainsi leur importance évolutive et neurobiologique. Les pandiculations se déroulent de façon morphologiquement semblable, chez tous les vertébrés, lors des transitions comportementales survenant de façons récurrentes et cycliques au cours des trois types de rythmes biologiques de la vie: l’alternance veille-sommeil, les prises alimentaires et les rythmes propres à la reproduction des espèces. Cette kinésie, la pandiculation, répond à une stimulation interne, sans raison extériorisée appréhendable, mais nécessaire aux processus d’homéostasie de ces trois comportements. Dans ce travail, après avoir explicité les mécanismes neurobiologiques activés et les circuits neuronaux qui les sous-tendent, il est proposé d’interpréter bâillements et pandiculations comme participant de l’intéroception (l'introyente de Chr. Jakob) par leurs capacités à stimuler l’éveil et la salience, noergie ou degré de perception consciente du schéma corporel. Les Hominidés et quelques singes ont une aptitude particulière, celle d'être réceptifs à la contagiosité du bâillement. Il est émis l’hyothèse qu’ainsi, le bâillement joue un rôle dans la vie sociale par sa capacité à synchroniser les niveaux d’éveil entre individus. Cette échokinésie ou contagion reflète notre faculté à être influencés par le comportement d’autrui de façon automatique et involontaire. Il est proposé que l’échokinésie du bâillement est une forme d’empathie kinésique, donc instinctive et involontaire, mettant en jeu des structures neurofonctionnelles sous-corticales et corticales activées tant dans le vécu émotionnel que dans la simulation mentale des émotions. E N G L I S H: The present report aims to show how pandiculation, a combination of stretching and yawning that remains morphologically identical across the whole range of vertebrates, occurs associated with the transitional states between the phases of biological rhythms – whether infradian, circadian or ultradian. Yawning and pandiculations are neglected features among the categories of maintenance behavior. They are kinesies; it means that, as regards their place in the series of major neurobiological developments, they follow the integration of biochemical cycles into biological rhythms but precede the acquisition of praxias, gnosias and symbolias. Thus systematic and coordinated pandiculations, having seemingly arisen in common ancestors of all vertebrates, occur in all vertebrate classes during the transitional behaviors intervening between the phases of the different periodical rhythms which support the vertebrate life-style (namely, sleep-arousal alternation, feeding, and reproductive regular changes) in a compound pattern of almost identical general form. This kinesis appears as one undirected response to an inner stimulation, underlying the homeostasis of these three behaviors. After discussing the specific regulatory strategies and neural networks involved, it is proposed that yawning belongs with interoceptiveness (Jakob's introyente) by its capacity to increase arousal as well as the salience, noergy or level of self-awareness regarding the bodily schema. Apes (probably) and humans have the unique capacity of being receptive to the contagiousness of yawning. Thus human yawning appears to trigger a sort of social coordination function (arousal synchrony) and reflects the capacity to become automatically or mindlessly influenced by the behaviour of others. Such a kinesical empathy supports the hypothesis that contagious yawning involves shared neural networks. (Article in French).
RPA Switzerland

Robotic Process Automation Switzerland

    

Tango Jona
Tangokurs Rapperswil-Jona