Academic Journals Database
Disseminating quality controlled scientific knowledge

Présentation

ADD TO MY LIST
 
Author(s): Marie-Hélène Zérah | Loraine Kennedy

Journal: Métropoles
ISSN 1957-7788

Issue: 9;
Date: 2011;
Original page

Keywords: urban policy | urban governance | India | Hyderabad | Mumbai | metropolitan city | JNNURM | métropole | politique urbaine | gouvernance urbaine | Inde | Hyderabad | Mumbai | JNNURM

ABSTRACT
Ce court texte présente ce numéro spécial sur les villes indiennes et fournit des éléments de contexte pour situer les cinq contributions qui le composent. Avant d'aborder la période actuelle, un survol des politiques urbaines menées dans les décennies suivant l'indépendance souligne le rôle ambigu de la ville dans le modèle indien de développement ainsi que la relative négligence des questions urbaines jusqu'aux années 1980. Dans les années 1990, l'Inde a adopté deux réformes majeures, qui toutes deux ont eu un fort impact sur les villes : la libéralisation économique, d’une part, et la décentralisation politique via un amendement constitutionnel, d’autre part. La libéralisation économique a catalysé un processus de restructuration importante dans les métropoles, soudain perçues comme des atouts précieux pour l'implication de l'Inde dans l'économie mondiale. Cette évolution a soulevé des questions difficiles de gouvernance, notamment parce que les visions de la ville portées par les décideurs politiques prennent mal en compte la complexité des dynamiques sociales et la persistance d’un taux élevé de pauvreté ; les classes moyennes urbaines ont bénéficié plus directement de la croissance économique rapide, ce qui alimente le consumérisme et le marché immobilier. Quant à la décentralisation politique, elle n'a pas produit les résultats attendus, en partie parce que les gouvernements régionaux rechignent à accroître les capacités financières des municipalités. Une analyse critique de la mission nationale pour le renouvellement urbain (JNNURM) montre que, même si cette dernière a indéniablement contribué au financement des infrastructures urbaines, elle a été beaucoup moins efficace pour ce qui est de l’amélioration de la gouvernance urbaine. Enfin, les cinq articles de ce numéro sont présentés et l’attention est attirée sur le fait que trois d’entre eux sont rédigés par des étudiants (Imbach, de Bercegol et Desfeux, Ozel), dans le cadre de programmes dirigés par les responsables de ce numéro spécial.The aim of this short text is to introduce this special issue on Indian cities and provide critical background for situating the five papers. Before turning to the current period, a brief review of urban policies in the decades following independence underscores the ambiguous role of the city in India’s national development model as well as the relative neglect of urban issues until the 1980s. In the 1990s, India adopted two major reform programmes, both of which had a large-scale impact on cities: economic liberalization and political decentralisation via a constitutional amendment designed to empower local governments. Liberalization in particular catalysed a major restructuring process in India’s metropolitan cities, suddenly perceived as valuable assets for India’s engagement with the global economy. This evolution has raised challenging governance issues, not least because current social and spatial dynamics have thrown into sharp relief conflicting visions of urban life; India’s rapid economic growth has benefited most directly the urban middle classes fuelling consumerism and urban property development. As for political decentralisation, it has not produced the expected outcomes in part because regional governments have been unwilling to enhance the financial capabilities of municipalities. A critical analysis of the high profile national urban renewal mission (JNNURM) indicated that although it has undeniably contributed to funding urban infrastructure it has been a great deal less effective at improving urban governance, one of its explicit goals. Lastly, the five articles making up this special issue are presented; it is noted that three of them are the work of students (Imbach, de Bercegol and Desfeux, Ozel), carried out in the framework of research programmes coordinated by the editors of this special issue.

Tango Rapperswil
Tango Rapperswil

    
RPA Switzerland

RPA Switzerland

Robotic process automation