Academic Journals Database
Disseminating quality controlled scientific knowledge

Usage de stupéfiants au volant, bilan des résultats de deux laboratoires (CHRU Lille et IRCGN) Drug abuse and driving, assessment of the results from two laboratories (CHU Lille and IRCGN)

ADD TO MY LIST
 
Author(s): Perrin Martine | Halart Elise | Coste Damien | Lecompte Yannick | Lhermitte Michel

Journal: Annales de Toxicologie Analytique
ISSN 0768-598X

Volume: 24;
Issue: 3;
Start page: 129;
Date: 2012;
Original page

Keywords: Conduite automobile | dépistage salive | valeur prédictive positive | distribution de la consommation de stupéfiants | Automobile driving | saliva/chemistry | positive predictive values | distribution of illicit drug use

ABSTRACT
Objectif : Étude rétrospective des résultats des analyses de confirmation pratiquées par deux laboratoires, étude des performances des tests de dépistage (calcul de la valeur prédictive positive), évaluation de la fiabilié diagnostique des dépistages confirmés pour l’usage de stupéfiants au volant. Matériel et méthodes : Compilation des résultats des analyses de confirmation par CPG-SM pour quatre grandes familles de stupéfiants réalisées après dépistage urinaire ou dans le fluide oral, ou en l’absence de dépistage. Résultats : La substance illicite la plus fréquemment mise en évidence chez les conducteurs dépistés est le cannabis, avec une distribution (parmi les dossiers soumis à confirmation) de 51 % au CHRU de Lille (458 confirmations pour 895 dossiers) et 87 % à l’IRCGN (679 confirmations pour 779 dossiers). Les amphétamines et dérivés se classent au deuxième rang avec 6 % de prévalence parmi les échantillons analysés par le CHRU de Lille (soit 57 dossiers sur 895), alors qu’à l’IRCGN ce sont les opiacés (15 dossiers sur 108 confirmations). Les dossiers dans lesquels de la morphine a été mise en évidence restent difficiles à interpréter en termes d’usage de stupéfiants en raison du facteur de confusion lié à l’administration à visée antalgique ou la prise d’opiacés licites. Conclusion : Les tests de dépistage urinaire ou dans le fluide oral sont aptes à repérer les conducteurs ayant fait usage de stupéfiants. Le cannabis est la substance la plus fréquemment retrouvée, ce qui est en accord avec les données disponibles sur les habitudes de consommation en population générale. Objective: Retrospective study of the results of confirmatory analysis performed by two laboratories in order to verify the overall performance of the screening tests (calculation of the positive predictive value) and to avaluate the overall performance of roadside tests when they are found positive. Material and Methods: Data collection of GC-MS results for four major families of illicit substances, after urine or oral fluid screening tests, or in the case of no available screening data. Results: The illegal substance most frequently encountered in the tested drivers is cannabis, with a prevalence (among the analyzed samples) of 51% at the Lille University Hospital (458 confirmed cases out of 895) and 87% at the IRCGN (679 confirmed cases out of 779). At the Lille University Hospital amphetamines come second, with 6% prevalence among the analyzed samples (57 positives for 895 cases). The opiate family is found in 15 among 108 confirmation analyses at the IRCGN. Cases where the presence of morphine has been demonstrated remain difficult to interpret in regard to the use of street drugs because of confounding factors related to the administration of pain killers or the intake of licit opiates. Conclusion: Urine or oral fluid tests are therefore able to select drivers who have used narcotics before or while driving. Cannabis is the most frequently found substance, which is consistent with available data on consumption patterns in the general population.
RPA Switzerland

RPA Switzerland

Robotic process automation

    

Tango Rapperswil
Tango Rapperswil